Les chimiothérapies

La chimiothérapie est un traitement
qui consiste à utiliser des médicaments contre les cellules cancéreuses 
par injection le plus souvent dans une veine ou par voie orale. 

La chimiothérapie agit sur toutes les cellules cancéreuses,
même sur celles qui n’ont pas été détectées par les examens d’imagerie.

LES PROTOCOLES USUELS : LES « GRANDS CLASSIQUES »

  • Cancer du sein
  • Protocole « CMF » cyclophosphamide, méthotrexate, 5-Fluoro-Uracile
  • Protocole « FAC » 5-Fluoro-Uracile, Adriblastine™, cyclophosphamide
  • Protocole « FEC » 5-Fluoro-Uracile, épirubicine, cyclophosphamide
  • Protocole « Epi-Tax » Epirubicine – Taxotère
  • Cancer de l’ovaire 
  • Protocole « TC » Taxol™, cisplatine ou carboplatine(Carbo-Taxol) 
  • Protocole « CC » cyclophosphamide, cisplatine 
  • Protocole « CHAP » cyclophosphamide, hexaméthylmélamine, Adriblastine™, platine
  • Cancer du testicule
  • Protocole « BEP » bléomycine, étoposide ou VP-16, platine
  • Protocole « EP » sans la bléomycine
  • Cancer bronchique
  • Protocole « EP » Etoposide + cisPlatine
  • Protocole « NP » Navelbine™ + cisPlatine
  • Cancer du côlon
  • FOLFOX ou XeLOX
  • FOLFIRI
  • Maladie de Hodgkin 
  • Protocole « MOPP » moutarde azotée, Oncovin™, procarbazine, prédnisolone
  • Protocole « ABVD » Adriblastine™, bléomycine, vinblastine, dacarbazine
  • Lymphomes non hodgkiniens
  • Protocole « ACVBP » adriblastine, cyclophosphamide, vindésine, bléomycine, Prédnisone
  • Protocole « CHOP » cyclophosphamide, adriamycine, vincristine, Prédnisone
  • Cancer de la vessie
  • Protocole « MVAC » méthotrexate, vinblastine, adriblastine, cisplatine 
  • Protocole gemcitabine-CDDP
  • L’ASSOCIATION CHIMIOTHÉRAPIE & RADIOTHÉRAPIE

    Les médicaments anticancéreux peuvent intervenir, non pas seuls, mais également en potentialisant l’effet d’autres thérapeutiques, comme la radiothérapie. Par exemple, les agents se liant à l’ADN peuvent potentialiser l’effet de la radiothérapie. Ils peuvent intervenir à toutes les phases du cycle cellulaire et, le plus souvent, sur la phase la plus active, c’est-à-dire la phase de synthèse. Néanmoins, certains produits sont plus spécifiques de certaines autres phases comme les alcaloïdes de la pervenche pour la phase de mitose par exemple.

 

Les chimiothérapies dans 3 - Informations : 889071Sanstitre1copie

POUR CONCLURE…

FAMILLE

CHEF DE FILE

AUTRES

CIBLE

TOLERANCE

INDICATIONS

Alkylant

Cyclophosphamide

Ifosfamide

ADN

Neutropénie

Toxicité vésicale

Sein

Poumon

Sels de platine

Cisplatine

Carboplatine Oxaliplatine

ADN

Protéines cytoplasme

Mitochondries

Néphrotoxicité

Neuropathie

Anémie

Vomissements

Très large

Oxaliplatine : côlon

Alcaloïdes de la pervenche

Vincristine

Vinorelbine

Microtubules : inhibe la polymérisation

Neurotoxicité

Poumon,

Sein

Leucémies

Taxanes

Paclitaxel

Docétaxel

Tubuline : inhibe la dépolymérisation

Neurotoxicité

Alopécie

Neutropénie

Sein

Ovaire

Poumon

ORL

Inhibiteurs des topoisomérases

Irinotécan

Topotécan

Topoisomérases I

Diarrhées

Côlon

Etoposide

 

Topoisomérases II

Neutropénie

Poumon

Testicule

Anthracyclines (doxorubicine)

Farmorubicine

ADN : Topoisomérases II

Cardiotoxicité

Neutropénie

Alopécie

Très large

Sein

Antimétabolites

5FU

Méthotrexate

Capécitabine

Ralitrexed

Permetrexed

Inhibe la TS

Inhibe la DHFR

Mucite

Diarrhées

Neutropénie

Néphrotoxicité

Côlon

Sein

Sein

Ostéosarcome

LES ONGLES : L’ONYCHOPATHIE

DE QUOI S’AGIT-IL ?

L’onychopathie se traduit par une fragilisation des ongles, un changement de pigmentation (chromonychies) ou une inflammation.
Les manifestations, les plus fréquentes sont, une onycholyse, souvent très douloureuse, et une suppuration sous-unguéale.

LES MEDICAMENTS EN CAUSE…

Globalement 

Ce sont surtout les taxanes (Taxol™ ou Taxotère™), et les anthracyclines (doxorubicine et épirubicine) qui sont le plus susceptibles d’induire une onycholyse proximale ou distale après quelques semaines de traitement. Un abcès sous l’ongle est possible.
L’estramustine exerce également une toxicité unguéale.

Avec les thérapies ciblées

Une inflammation de la peau du poutour de l’ongle (paronychies ou périonyxis) peut survenir après un mois de traitement, chez 10 à 25 % des patients. Elle est accompagnée par l’apparition de bourgeons charnus des bords latéraux des ongles des doigts ou des orteils.Ces manifestations peuvent s’améliorer ou disparaître spontanément mais récidivent volontiers sur le même doigt ou le même orteil. Elles sont douloureuses pouvant empêcher les activités manuelles de la vie quotidienne et parfois le port de chaussures.
Le gefitinib (Iressa™) peut être responsable d’une paronychie avec ongle incarné. Des hémorragies unguéales se développent sous sorafenib (Nexavar™).

QUE FAIRE ?

Vos mains
Le port de gants réfrigérants est recommandé.

Vos pieds
Avant le traitement, prévoyez de voir votre pédicure pour qu’il soigne vos pieds. Dans tous les cas veillez à ne pas porter de chaussures trop étroites et évitez de couper vos ongles trop court.

Les traitements à envisager…
Des soins locaux, avec un d’antiseptique à base d’héxamédine sont utiles. Parfois, on vous proposera des dermocorticoïdes, des soins au nitrate d’argent ou des antibiotiques locaux.
L’avulsion unguéale partielle au laser à CO2 ou la décortication chirurgicale peut soulager la douleur.
Des réductions de dose et des espacements de l’administration de l’agent causal sont à envisager.

LE CAS DES INHIBITEURS D’EGFR
DE QUOI S’AGIT-IL ? 

C’est une éruption cutanée observée très fréquemment et qui peut toucher jusqu’à 90 % des patients traités par ce type de médicaments appartenant aux thérapies ciblées.
Elle peut être mineure, modérée ou rarement sévère et concerner tout le corps. Les spécialistes appellent cette éruption est appelée un rash acnéiforme. Il se présente de différentes manières :

  • Sous forme d’acné ou de rash maculo-papulaire ou pustulaire
  • Sous l’aspect de peau sèche desquamant

Cette éruption s’explique par le fait que le médicament atteint les cellules cutanées porteuses de récepteurs EGFR. Le rash cutané induit par les inhibiteurs HER1 n’est pas de l’acné (respect des glandes sébacées).
Une inflammation péri-unguéale est parfois observée, plus tardivement, notamment au niveau des pouces.
Malheureusement, il semble que plus la réaction cutanée est importante, plus important est l’effet thérapeutique produit sur la tumeur.
Ces troubles diminuent progressivement et en général totalement à l’arrêt du traitement.

CE QUI EST PRÉCONISÉ…

Pour votre toilette, utilisez un savon doux sur-gras et évitez les produits irritants.
Si cela ne suffit pas, un traitement local vous sera proposé, comme :

  • Une crème hydratante (émolliente), du type Dexeryl™ ou Biafine™
  • Un gel contenant des antibiotiques locaux, comme l’érythromycine (Erythrogel™)
  • Dans les formes pseudo-rosacées, on vous prescrira plutôt des crèmes à base de métronidazole (Rosex™) ou de clindamycine (Dalacine™,  T Topic)
  • Dans les formes plus inflammatoires, des crèmes à base de peroxyde de benzoyle (Cutancyl™ ou Eclaran™) sont indiquées à 5 ou 10 %, pour les lésions du dos

Dans la plupart des cas, un traitement général à base de comprimés de doxycycline (Tolexine™) à 100 mg par jour ou de lymécycline (Tetraysal™) à 300 mg par jour vous sera prescrit.

UNE RÉACTION ALLERGIQUE

Elle peut apparaître avec tous les produits chimiothérapiques en sachant tout de même que certains sont très allergisants, comme le 5-FU et le méthotrexate. Elle se traduit par des éruptions cutanées, une urticaire, un œdème de Quincke, pouvant, exceptionnellement, culminer sous forme de choc allergique.

EN RÉSUMÉ, QUELQUES CONSEILS SIMPLES…

  • Pendant le traitement, protégez vous la peau contre les petites blessures et les infections
  • Évitez l’exposition au soleil
  • Portez des manches longues et un pantalon ou une jupe longue
  • Utilisez une crème solaire de facteur 20
  • Lavez-vous avec un savon neutre non parfumé
  • Employez une lotion ou une crème hydratante après chaque bain ou douche
  • Si vous recevez une radiothérapie en même temps, évitez tout contact avec des produits irritants (nettoyants ménagers, etc.) et portez des gants adéquats

 

 Source : http://www.chimio-pratique.com

 

À propos de Catherine

Vous êtes hospitalisé(e) ? en Centre de Rééducation, Maison de Retraite pour une longue durée ? vous êtes alité à votre domicile ? votre mobilité est réduite ? L'un de vos proches est hospitalisé et vous avez envie de lui offrir Quelques moments de réconforts ? Ayez le réflexe Socio-Esthétique : "La beauté-thérapie c'est prendre soin du regard que l'on porte sur soi" PeauAime c'est aussi le bien-être à domicile pour toute personne souhaitant prendre soin d'elle sans avoir à ce déplacer en institut, et ainsi, profiter en toute tranquillité d'un moment de "re-peau". OFFREZ VOUS LE LUXE DE VOUS FAIRE CHOUCHOUTER A LA MAISON ! Je dispense également des formations Socio-Esthétique (uniquement pour les adultes handicapés, usagés d'ESAT) enregistrée sous le N° d'activité 11 95 05318 95

Voir tous les articles de Catherine

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les cosmétiques AVON par na... |
Les Fantaisies de Ger'Art |
labeautéchezfati |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toutpourbebes
| le sac des filles
| MIMI