Archive | 3 – Informations : Flux RSS de cette section

À propos de Catherine

Vous êtes hospitalisé(e) ? en Centre de Rééducation, Maison de Retraite pour une longue durée ? vous êtes alité à votre domicile ? votre mobilité est réduite ? L'un de vos proches est hospitalisé et vous avez envie de lui offrir Quelques moments de réconforts ? Ayez le réflexe Socio-Esthétique : "La beauté-thérapie c'est prendre soin du regard que l'on porte sur soi" PeauAime c'est aussi le bien-être à domicile pour toute personne souhaitant prendre soin d'elle sans avoir à ce déplacer en institut, et ainsi, profiter en toute tranquillité d'un moment de "re-peau". OFFREZ VOUS LE LUXE DE VOUS FAIRE CHOUCHOUTER A LA MAISON ! Je dispense également des formations Socio-Esthétique (uniquement pour les adultes handicapés, usagés d'ESAT) enregistrée sous le N° d'activité 11 95 05318 95

Maudy Piot – femmes pour le dire, femmes pour agir

28 décembre 2017

0 Commentaire

Maudy Piot est l’une des femmes nombres femmes que j’admire, elle nous a quittés ce 25 décembre, le jour de Noêl…

Elle était malvoyante, psychnalyste elle avait créé en 2003 l’association FDFA afin de lutter contre la « double discrimination » qui consistait, selon elle, à « être femme et être handicapée ».
En effet de nombreuses femmes handicapées sont victimes de violence

Avant de rencontrer Maudy, je n’avais jamais imaginé ce que certaines femmes handicapées pouvaient subir…
Alors voici le film réalisé par l’association (attention la réalité fait souvent mal aux yeux)

Image de prévisualisation YouTube

Maudy Piot, Présidente et fondatrice de l’association « Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir »

Qui êtes-vous ?

Maudy Piot - femmes pour le dire, femmes pour agir dans 3 - Informations : Logo-FDFA-300x71

Je suis issue d’une famille de la petite bourgeoisie viticole et petite j’avais une myopie très forte. Puis à 17 ans j’ai été diagnostiquée avec une rétinite pigmentaire (maladie génétique qui évolue vers la cécité). Cela a été assez mal vécu par ma famille, je me suis donc structurée dans un climat d’exclusion. Et au lieu que cela m’inhibe, cela m’a stimulé et incité à me battre. Je pense qu’un engagement, c’est une histoire de vie.

Je me suis donc très tôt engagée dans les milieux syndicaux et les mouvements de défense de la liberté et de la justice pendant mes études d’infirmières et de kinésithérapie. J’ai notamment participé à des avortements clandestins.

Ensuite j’ai commencé à côtoyer les associations pour personnes aveugles. Et là j’ai constaté, d’une part que tous les dirigeants des grandes associations étaient des hommes et que les femmes étaienr relayées à des positions subalternes, et d’autre part qu’elles étaient malmenées, considérées comme des objets et se laissaient complètement aller. J’ai également trouvé que ces associations étaient empreintes de misérabilisme et de compassionnel, et qui cela ne me correspondait pas du tout. Il y avait très peu de révolte de la part de ces femmes, on était handicapée et c’était comme ça. Pour moi, qui avais des engagements politiques et syndicaux par ailleurs dans lesquels j’avais pris des responsabilités, cela était insupportable.

J’ai donc commencé à faire des colloques pour femmes aveugles. Ils avaient lieu tous les trimestres et portaient sur des thèmes très variés : maternité, emploi, loisirs, sport. En parallèle j’ai repris des études de psychiatrie et j’ai accompagné un certain nombre de femmes handicapées.

Et puis en 2002 j’ai organisé un colloque « Les saisons de la femme » qui parlait de la naissance, de la puberté, de la maternité et de la ménopause. Lors de cet évènement j’ai rencontré Anne Hidalgo qui a trouvé le colloque formidable et m’a demandé d’organiser quelque chose pour l’année suivante, l’année européenne des personnes handicapées.

En 2003, afin d’organiser ce colloque, nous avons créée l’association « Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir ».

Pouvez vous nous présenter votre association ?

J’ai donc créé l’association « Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir » en 2003. Le colloque fondateur avait pour thème « Femmes handicapées citoyennes » et Lucie Aubrac en était la marraine. Il y a eu plus de 1 200 participants et à la fin de la journée 250 personnes ont adhéré.

Les objectifs de l’association sont de :
– lutter contre la double discrimination d’être femme et handicapée
– affirmer que nous sommes des citoyennes et que le handicap n’est pas notre identité : c’est l’association qui a lancé le mot citoyenneté pour les personnes handicapées et qui est aujourd’hui largement repris. Notre souhait est de redonner de la dignité à ces femmes.
– lutter contre l’isolement des femmes handicapées

L’association propose de nombreuses activités :

– des colloques
Chaque année l’association organise un ou plusieurs colloques en présence d’experts. Le prochain aura lieu en mars sur le thème « Les aventurières de la vie : le handicap au-delà de ses limites » et aura pour marraine la sociologue, militante, féministe et pacifiste Pinar Selek.

– des ateliers
Aujourd’hui l’association compte pas moins de 12 ateliers sur des thèmes très variés : création, jardin littéraire, groupe d’anglais ludique, oreille attentive. Les femmes qui participent sortent ainsi de leur isolement et peuvent se rencontrer, échanger. Cela permet de renouer un lien social très souvent rompu. Nous avons aussi mis en place un atelier emploi-travail pour les accompagner dans leur recherche d’emploi. Aujourd’hui seulement 28% des femmes handicapées ont un emploi contre 50% des hommes handicapées !

– une rencontre littéraire : « Les feuilles d’automne »
L’idée de ces rencontres est née en 2005. J’ai écrit un livre en 2004 et personne n’en voulait et je me suis alors rendu compte de la discrimination à la publication que subissaient les femmes handicapées. Donc j’ai décidé de faire des rencontres entre les auteures handicapées et les autres ; j’ai fait venir des personnes connues : Michèle Perrault, Charles Gardou, Michel Chevalet. Cela a eu un très beau succès et chaque année on a recommencé. Il y a deux ans on était à la Cité Universitaire, on a eu plus de 500 participants. On y invite les écrivains/écrivaines, on y fait connaître les livres. Le matin il y a quelques conférences et l’après-midi on fait une table avec 20 écrivains qui ont 4 minutes chacun pour présenter leurs livres.

– un numéro d’écoute
Depuis mars 2015, l’association a mis en place un numéro d’écoute « Ecoute Violences Femmes Handicapées » au 01 40 47 06 06, le lundi toute la journée et le jeudi matin. Il n’existait jusqu’alors pas de numéro pour les femmes handicapées alors qu’elles sont à 80% victimes de violences ! L’association développe ensuite un suivi, pour les femmes qui le souhaitent, par une avocate, une assistante sociale, une psychologue (toutes bénévoles) ou propose de venir au groupe de parole.

Les résultats dont vous êtes fières ?

Je citerais d’abord plusieurs femmes battues qui ont pu quitter leur conjoint. Notamment une femme qui a été victime de violence conjugales pendant 35 ans : en 2 ans et demi après avoir rencontré l’association, elle l’a quitté et a retrouvé la vie.

Il y a aussi des personnes en situation de handicap qui ont pu retrouver un emploi : dans notre premier atelier emploi-travail il y avait 10 personnes. Il y avait par exemple une chercheuse qui avait fait un AVC et a par la suite retrouvé un travail de recherche à mi-temps et une personne analphabète à qui on a trouvé une formation de mise à niveau.

Mais ce qu’apporte principalement l’association c’est une sortie de la solitude pour ces femmes handicapées et de la convivialité. Elles reprennent des activités ; elles sortent de chez elles et petit à petit elles reprennent un rythme de vie « sain ». Par exemple on leur demande d’apporter un gâteau pour les ateliers, et petit à petit elles se remettent à cuisiner pour elles même.

Qu’est ce qui vous freine aujourd’hui ?

La force mais également la faiblesse de notre association c’est qu’on se bat sur tous les fronts : droits fondamentaux, travail, loisirs, sexualité… Du coup par maque de moyens financiers on ne peut pas développer tout ce que l’on souhaiterait !
Par exemple on cherche auprès des Fondations, mais il y en a très peu dont les thématiques correspondent à nos objectifs. Nous avons des financements au coup par coup, jamais sur plusieurs années. Et on n’a pas d’argent pour les coûts de fonctionnement de l’association (local de l’association, lignes téléphoniques dont le numéro d’écoute, chauffage, etc). Chercher et trouver de l’argent est donc un souci perpétuel !

Si vous aviez 25 000 euros : qu’en feriez-vous ?

Cela me permettrait de financer nos rencontres littéraires « Les Feuilles d’Automne ». La cinquième édition qui aura lieu le samedi 15 octobre 2016 à la Cité Universitaire de Paris valorisera les ouvrages portant sur la lutte contre les violences faites aux femmes handicapées
L’association prévoit également de remettre un prix « Femme handicapée citoyenne » récompensant un ouvrage qui aborde la condition de femme handicapée de façon positive, inclusive et citoyenne.

Pour en savoir plus sur Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir, rendez-vous sur : www.fdfa.fr

 

« Gentillesse et humour »

Sur Twitter, la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a fait part de sa « grande tristesse ».

« Chaque personne qui a eu la chance de croiser son chemin sait à quel point elle militait avec gentillesse et humour pour défendre les femmes/citoyennes en situation de handicap. ».

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maudy_Piot
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=10455

https://fondationdesfemmes.org/maudy-piot-femmes-pour-le-dire/

http://www.faire-face.fr/2015/03/08/violences-femmes-handicapees/

Happiness

18 décembre 2017

0 Commentaire

Un petit film avec

200 mg d’happiness pour planer quelques minutes…

que ce soit en capsules, en affiches, en billets,

les vendeurs de bonheur sont partout…

comment ralentir et revenir à soi…

Image de prévisualisation YouTube

Diffusée au lendemain du « Black Friday », cette vidéo sur le consumérisme est assez violente : elle critique l’enfer du quotidien moderne, des choses dont nous sommes tous un peu coupables malgré nous.
Elle touche manifestement un point très sensible, la preuve : elle est en train de tourner un peu partout et d’être partagée massivement sur les réseaux sociaux.

Une frange & un turban = Les Franjynes

12 novembre 2017

0 Commentaire

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Julie Meunier, cette jeune femme en rémission d’un cancer du sein, propose une alternative à la perruque !
Sa solution beauté : une frange, un turban ou un foulard, pour un nouveau style !
Des accessoires qui permettent de combattre les dommages de la chimiothérapie !
Julie, la combattante vient de créer sa start-up, LES FRANJYNES.

 http://lesfranjynes.com/

5ème Congrès Socio-Esthétique

7 novembre 2017

0 Commentaire

 

J-4

 

Capture

Congrès

Octobre rose…

19 octobre 2017

0 Commentaire

WP_20171003_004_GF

15 octobre journée deuil périnatal

15 octobre 2017

0 Commentaire

 

talk-bubble-27622_1280

 

Le 15 octobre est, tous les ans depuis 2008, la journée internationale de sensibilisation au deuil périnatal.

Elle rassemble parents et proches ayant perdu un bébé au cours de la grossesse ou juste après la naissance. Ce deuil, encore tabou dans nos sociétés, touche pourtant de nombreuses familles. En Occident, 1 couple sur 50 y sera en effet confronté au cours de sa vie. Pouvoir parler de leur enfant, être reconnus dans leur peine, mais aussi accompagnés par les personnels de santé et compris par leur entourage est pour les parents endeuillés extrêmement important.

Source : https://www.parentsdesenfantes.org

Dites-moi que je m’aime

27 juillet 2017

0 Commentaire

Résultat de recherche d'images pour "« Dites-moi que je m’aime »"

Tous les mois durant quelques heures, une dizaine de femmes se retrouvent dans un centre social de la banlieue de Lens où elles se maquillent, se prodiguent des soins les unes et discutent de leur quotidien, au cours d’un atelier «Estime de soi».
Dominique, une «esthéticienne du social», épaule ces femmes en manque de confiance, et les aide à libérer la parole, à choisir des thèmes de discussion ou des couleurs de maquillage.
C’est tout un art qu’on vient apprendre ici : prendre soin de soi, se souvenir des détails, se revoir belle, reprendre confiance et se sentir un peu plus forte en sortant.

Image de prévisualisation YouTube

« Il faut se voir avec bienveillance.
On a toutes du potentiel.
On peut aller plus facilement vers les autres si on se sent bien. »

Au centre social de Lens, des dizaines de femmes âgées de 23 à 79 ans réapprennent à vivre au contact de Dominique, « esthéticienne du social ».
Ces femmes cabossées par la vie s’ouvrent à nouveau à travers des activités très concrètes, où la clé de la confiance en soi se niche dans l’apparence.
Grâce à des séances de maquillage, de massages et des virées dans les magasins, la parole se libère.
A l’image de la timide Sandrine qui avoue 
« être plus à l’écoute qu’elle ne parle ».
Marquée par une enfance difficile où sa 
« deuxième mère » l’appelait « la grosse », la jeune femme avoue enfin apprécier les regards portés sur elle.

Source :
Télérama

Image de prévisualisation YouTube

 Le replay est icihttps://www.france.tv/documentaires/societe/209385-l-heure-d-dites-moi-que-je-m-aime.html

 

Votre rouge à lèvres dévoile votre personnalité

22 juillet 2017

0 Commentaire

La forme que prend le raisin de votre rouge à lèvres lorsque vous l’utilisez en dit long sur votre personnalité.

A vos tubes !

Les années gloss nous ont fait oublier ce rapport intime qu’il existe entre une femme et son rouge à lèvres.
Avec le gloss, le geste est moins théâtral, on peut se l’appliquer en parlant, n’importe où, le gloss se fond dans les lèvres comme dans les scènes quotidiennes de la vie.
Alors qu’avec le rouge à lèvres, le geste s’apparente à un rite.
La femme s’arrête, elle fait une pause et se regarde dans un miroir.
L’étape « contemplation » est primordiale, c’est elle qui détermine le geste de l’application du rouge à lèvres.
Certaines vont vouloir s’auto-séduire et pincer le bâton entre les lèvres, d’autres ne se focaliser que sur la bouche et tapoteront légèrement le raisin…
Il y a autant de manières d’appliquer son rouge que de styles de femmes…

formes de rouge à lèvres - personalité
1/ LE ROUGE A LEVRES TAILLE EN BIAIS
Un rouge à lèvres taillé en biais indique une personnalité créative, intrépide et directe.Tu es démonstrative, vive et bavarde. Tu es un “leader”né et tu possèdes une excellente mémoire.

2/ LE ROUGE A LEVRES APLATI
Un rouge à lèvres aplati dénote un caractère positif. Tu vas droit au but et fuis tout ce qui est superficiel. Tu es déterminée, ambitieuse et persévérante.

3/ LE ROUGE A LEVRES RAINURE
Cela révèle une personnalité partagée entre la satisfaction et le désir d’aventure. Joueuse en apparence, mais très sérieuse au fond, tu es sincère, chaleureuse et généreuse en amitié.

4/ LE ROUGE A LEVRES CREUSE
Celle qui creuse son bâton de rouge à lèvres et l’utilise jusqu’au bout est sensible, affectueuse, et vivante. Tu fais tout ton possible pour satisfaire ceux qui t’entourent.

5/ LE ROUGE A LEVRES OVALE
Cette forme indique que tu aimes le beau, le romantique. Tu te connais bien, tu es intelligente, exigeante et un peu distante, cela en fascine pas mal.

6/ LE ROUGE A LEVRES POINTU
Signale une personnalité un peu théâtrale. Tu est attirée par les vêtements et les endroits élégants, mais tu aimes avant tout ta liberté.

7/ LE ROUGE A LEVRES ARRONDI
Ce rouge à lèvres appartient à une personne méthodique qui sait exactement ce qu’elle veut de la vie. Tu te soucie du détail et tu es très attentive aux autres, qui te trouve gaie et amusante.

Résultat de recherche d'images pour "forme de rouge à levre signification"

Résultat de recherche d'images pour "forme de rouge à levre signification"

Comme avec d’autres informations suivant la source le résultat change…
Imaginez donc que c’est un horoscope et croyez dans la définition qui vous plait le plus ? ;-)

Colloque EME – Le cerveau – Samedi 14 Octobre

13 juillet 2017

0 Commentaire

Colloque EME - Le cerveau - Samedi 14 Octobre dans 3 - Informations : cerveau2017

 inscription gratuite

Il s’agit d’un colloque dont l’objectif est de traiter chaque année un thème d’actualité en profondeur.
La philosophie des  »Entretiens Médicaux d’Enghien » est de donner la parole à tous les acteurs concernés, que ce soit les professionnels de santé, les chercheurs, mais aussi les représentants de l’industrie, de la société civile ou de la politique.

Le cerveau est certainement l’organe sur lequel nous avons encore le plus de choses à apprendre.
Véritable tour de contrôle de notre activité, qu’elle soit consciente, inconsciente ou autonome (comme les battements du cœur), le cerveau reste mystérieux.
Il est sans vie apparente.
Il ne bat pas, il est silencieux, il parait inerte et pourtant il traite des milliers d’information par seconde.

  • Le cerveau, comment ça fonctionne?
  • Quand le cerveau se dérègle
  • Peut-on booster naturellement les performances de notre cerveau?
  • L’intelligence artificielle va-t-elle supplanter l’intelligence humaine?

Tout ces thèmes et bien d’autres seront abordés lors des EME2017 consacrés au cerveau.

 

Entrée gratuite / Inscription obligatoire : http://www.lesentretiensdenghien.com/colloque/inscription-14-octobre-2017

 Programme 14 Octobre 2017: Le cerveau, cet inconnu.

08:45 Accueil

Conférences & Tables rondes

Ateliers

09:00 Intro – Mieux comprendre, pour mieux soigner
09:00 Anatomie, structure et organisation : le système nerveux central
Dr. Giuseppe Gangarossa – Unité Biologie Fonctionnelle et Adaptative CNRS, Université Paris Diderot, Université Sorbonne Paris Cité
09:20 Le rôle de l’imagerie dans la compréhension des mécanismes cérébraux
Pr. Cyril Poupon, Directeur de l’Unité d’IRM et de Spectroscopie de Neurospin
09:40 Session # 1 – Quand le cerveau se dérègle
09:40 Alzheimer, point & perspectives
Pr Bruno Dubois – MD, PhD, Professeur de Neurologie, Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A), Unité de recherche INSERM à l’ ICM, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Université Pierre et Marie Curie, Paris, France
10:00 Vieillissement, Alzheimer, le point de vue du gériatre
Dr Rochanak Delsol – Médecin gériatre, Cabinet libéral à Sarcelles et Le Plessis-Bouchard, Praticien Attaché en consultation mémoire, Hôpital AVICENNE
10:20 Accident Vasculaire Cérébral : comprendre et agir
Pr Marie-Germaine Bousser – Attachée, ancien chef de service, en Neurologie à l’Hôpital Lariboisière, Pr émérite de Neurologie, l’Université Paris-Diderot
10:15 L’AUTISME – par Autisme France
Anne Freulon – Déléguée IDF
10:40 PAUSE 11:00
11:00 Les maladies mentales: la recherche en psychiatrie biologique
Pr Michel Hamon – INSERM-UNAFAM-FRC
11:00 SOPHROLOGIE:
Dompter ses émotions

Marie-Blanche Pennington
11:20 La sclérose en plaques
Pr Bruno Stankoff – Professeur en neurologie à l’Hôpital Saint-Antoine, Chef d’équipe à l’ICM
11:40 L’épilepsie
Pr Sophie Dupont – PU-PH – Chef du service de réadaptation neurologique, Hôpital Pitié-Salpêtrière
11:45 BOOSTER SON CERVEAU, MYTHE OU REALITE ? 
Dans l’espoir d’améliorer ses conditions de vie et ses performances l’homme a toujours essayé de booster son cerveau.
Y a-t-il des pratiques? Seulement un mythe ou bien une réalité?
Dr. Giuseppe Gangarossa
12:00 Maladie de Parkinson: de la recherche fondamentale au développement de nouveaux traitements
Dr Marie Fuzzati – Chargée de Mission recherche auprès de l’association France Parkinson
12:00
12:20 SCP – Mécanisme et point sur la recherche
Dr Jérôme Yelnik – Médecin, Directeur de Recherches émérite à l’Inserm
12:30 MALADIE DE HUNTINGTON ET AUTRES MALADIES RARES.
Prise en charge: les points essentiels à connaitre
Marc Issandou, Président de l’Association Huntington France
12:40 SCP – La thérapie au quotidien
Dr Bertrand Degos – Service de Neurologie, Hôpital Avicenne, Centre Inter-disciplinaire de Recherche en Biologie, Collège de France
13:00 PAUSE / Visite de l’espace exposition – Possibilité de restauration rapide sur place 13:15 FRANCE ALZHEIMER (Gd Public)
La maladie d’Alzheimer: les
symptômes qui doivent nous
alerter. Quand consulter?

Christel Koëff
 
TROUBLES COGNITIFS (Pro) 
- Cas cliniques
- Scintigraphies
- Suivi psychologique

Dr Delsol / Malek / Tordjman
14:00 Session # 2 - Comment la recherche et les neurosciences vont changer nos vies
14:00 Plasticité cérébrale du nourrisson au sujet âgé
Pr Sophie Dupont – PU-PH – Chef du service de réadaptation neurologique, Hôpital Pitié-Salpêtrière
14:00 FRANCE PARKINSON
10 clés pour mieux comprendre et vivre avec la maladie de Parkinson

Jean Corbet – Délégué du Comité France Parkinson Val d’Oise
14:20 Peut-on modifier les traces de la mémoire dans le cerveau?
Dr Jean-Antoine Girault – Dir de recherche INSERM – Institut du fer à moulin, Sorbonne Paris
14:40 Le système nerveux entérique
Dr Michel Neunlist – Institut des maladies de l’appareil digestif, CHU de Nantes, Directeur de recherche à l’Inserm
14:45 COMPRENDRE ET TESTER SA MÉMOIRE
Dr Isabelle Simonetto, Dr en neurosciences
15:00 La neuro-amélioration ou comment améliorer les performances de son  cerveau grâce aux nouvelles technologies + Démonstration
Michel le Van Quyen – Chercheur en neurosciences, INSERM
15:30 Vers une nouvelle définition du sommeil : Rythm présente son dispositif « Dreem »
Hugo Mercier – Cofondateur de Rythm
15:30 ALIMENTATION & SANTE
comment bien manger pour booster son cerveau?

Dr Hervé Robert
15:50 Intelligence sociale: hommes, singes et robots
Jean Daunizeau – Chercheur INSERM
16:10 PAUSE
16:30 Session # 3 - L’homme augmenté
16:30 Conscience, subconscience et cerveau, les grandes fonctions mentales et leurs fondements physiologiques
Pr Yves Agid – Professeur émérite de Neurologie et Biologie Cellulaire, membre de l’Académie des Sciences
16:50 Cerveau Versus I.A (Intelligence artificielle)
IA : Réalité et fantasmes, intro par JC Heudin
- Des intelligences complémentaires ou concurrentes?
- Le cerveau augmenté (chimie, implants…) science fiction ou réalité?
- Les algorithmes ont-t-ils déjà pris le pouvoir?
Table ronde avec :
Jean-Claude Heudin – Professeur et chercheur en Intelligence Artificielle
17:20 L’homme augmenté sera-t-il meilleur?
Raphaël Glucksmann – Essayiste, Documentariste
17:40 Brainstorming / Homme augmenté, algorithmes, IA: notre société résistera-t-elle au cerveau 2.0 ?
Tournage de l’émission « Capital santé » en direct des EME
Animée par JC Durousseaud
18:10 Discours de clôture par P. Sueur, Maire d’Enghien

 

 Programme : http://www.lesentretiensdenghien.com/colloque/programme-14-octobre-2017

 

Infos utiles

Centre de conférences Lucien Barrière
87 rue du Général-de-Gaulle
95880 Enghien-les-Bains
Quand Prochaine réunion EME 14 Oct 2017
Pour qui - Le monde médical et le secteur du paramédical
- Les décideurs politiques locaux
- Les acteurs du monde de la santé concernés par l’évolution de l’offre de soins
- Les fournisseurs de solutions  Med Tech, Big data, Télémédecine
Participer Entrée GRATUITE, mais inscription OBLIGATOIRE
Plan d’accès au parking: Cliquez-ici

moimoncerveau.org%20-%20FRC dans 3 - Informations :

Une jeune fille de 90 ans

22 juin 2017

0 Commentaire

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

http://www.arte.tv/fr/videos/069055-000-A/une-jeune-fille-de-90-ans

85 Min. - - Encore un mois

Sous l’oeil de Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian, Blanche, une dame de 92 ans souffrant de la maladie d’Alzheimer, tombe amoureuse de son professeur de danse. Un moment de grâce, un documentaire primé dans plusieurs festivals.

« C’est de la magie », résume Blanche à propos du travail du chorégraphe Thierry Thieû Niang. Chaque jour, pendant une semaine, il a animé un atelier de danse auprès des patients du service de gériatrie de l’hôpital Charles-Foix, AP-HP à Ivry, redonnant vie à leurs frêles silhouettes. Filmés par Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian, sous le regard bienveillant des infirmières, Adélaïde, Pierrot, Gisèle, Blanche et d’autres se sont transformés. La maladie s’est éloignée peu à peu, et Blanche est tombée amoureuse. Elle a souri et repris confiance, capable à nouveau de marcher sans sa canne. Un véritable coup de foudre qui n’a pas échappé aux autres patientes, un brin jalouses de cette passion naissante. Face à Thierry, Blanche est redevenue la jeune fille qu’elle a été. Elle a ouvert son cœur et même dit « je t’aime » au danseur, troublé par sa déclaration.

Sans détour

Plein de pudeur et d’émotions, ce portrait de groupe montre sans détour, à travers la danse, des corps fatigués, des regards figés : des images parfois douloureuses, adoucies par la rencontre « miraculeuse » du chorégraphe et des patients qu’il accompagne, palpable bouffée d’air frais dans le huis clos médicalisé des malades et des soignants. En contrechamp intime à ces séances collectives, Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian recueillent la parole de Blanche et d’autres vieilles dames seules, car pour la plupart jamais mariées et sans enfant. Tour à tour, elles dévoilent une part de leur histoire. Au rythme des « Moulins de mon cœur » de Michel Legrand ou encore de « La vie en rose » d’Édith Piaf, les souvenirs s’égrènent, teintés de regrets, d’amertume et d’espoir.

12345...22

Les cosmétiques AVON par na... |
Les Fantaisies de Ger'Art |
labeautéchezfati |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toutpourbebes
| le sac des filles
| MIMI